RDC TOKOLONGA HEPATITES

En 2012 l’ONU décrète le programme de développement durable (ODD) et détermine 17 objectifs à atteindre d’ici 2030. Le troisième de ces objectifs est dédié à la Santé et le Bien-être qui stipule entre autre : d’ici 2030, les hépatites doivent être éradiquées.

L’OMS, prendra le relais de cette volonté de l’organisation internationale et mettra en place des orientations stratégiques et des directives pour l’éradication de la menace des hépatites B et C d’ici 2030. En effet, le constat a été fait que pendant que l’ampleur et l’impact du SIDA, de la Tuberculose et du paludisme sont en déclin, ceux des hépatites virales B et C sont en augmentation et détériorent la santé des populations et les systèmes sanitaires.

La RDC membre de l’ONU et de l’OMS se doit d’intégrer dans sa politique sanitaire l’éradication de la menace des hépatites virales B et C pour la santé et le bien être de sa population.

Le projet « RDC TOKOLONGA HEPATITES » est conçu pour être l’outil de la RDC pour vaincre la menace des hépatites virales B et C. Il s’articule autour de trois axes stratégiques et comprend quatre étapes.
Les trois axes stratégiques sont :

1.le partenariat public-privé pour un renforcement réciproque des capacités ;

2.la valorisation de la zone de santé comme unité fonctionnelle et opérationnelle du projet ;

3.l’accès facilité aux soins et services de santé à la population.
Les quatre étapes sont :

1.l’éveil de la conscience de la population à la menace des hépatites pour en obtenir une adhésion massive utile à la poursuite du projet. Ceci en privilégiant la communication avec les autorités politico-administratives, la société civile et les populations ;

2.la production des informations sur la menace des hépatites à partir des analyses statistiques et épidémiologiques des données recueillies au travers des campagnes de sensibilisation et des dépistages des hépatites virales

3.l’adaptation des orientations stratégiques de l’OMS et de ses directives au contexte de la RDC ;

4.la mise en place d’un réseau de prise en charge des hépatites virales pouvant faciliter l’accès aux services et soins médicaux aux différents stades de la maladie.

L’essentiel de ce travail sera réalisé dans les zones de santé dont la valorisation ferait l’objet d’une attention particulière de la part de l’organisation.
Il est évident que tous nous devons mettre la main à la pâte pour la réussite de ce projet qui à l’horizon 2030 conduira le peuple congolais à la Santé et au Bien-être et donc au développement durable de sa population.