La journée Mondiale contre les Hépatites virales B et C 2020

Journée mémorable que celle commémorative de ce Mardi 28 Juillet 2020 consacrée à la lutte contre les Hépatites virales B et C, particulièrement « à l’ère du COVID-19 » par l’ Organisation Mondiale de la Santé.

Chapeau bas au Secrétariat à l’organisation, avec au four et au moulin, le Docteur Pascal Tshiamala dont les capacités managériales ne sauraient être démenties, ayant réussi à mobiliser dans l’interdisciplinarité avec l’ensemble de son staff tant les laboratoires, notamment CREPPAT LABORATORIES SARL(www.creppatlab.com) et ASTRYD(www.stryda.org); les acteurs du secteur de la santé dont des médecins, pharmaciens, chercheurs, enseignants, praticiens, diététiciens- nutritionnistes que les relais communautaires pour l’atteinte de l’objectif RDC TOKOLONGA HEPATITES Jusqu’au Bout 2030 Jusqu’au Fond 516 , en référence aux 516 Zones de santé que compte la République Démocratique du Congo.

Des agapes scientifiques muées en formation continue, sinon en séances de mise à niveau, l’un des médecins ayant reconnu qu’après le cursus universitaire, ladite rencontre avec un panel des sommités de si haut niveau aura été une opportunité pour recycler leurs connaissances, plaidant du coup pour que cela ne soit ni la première, encore moins la dernière occasion.

Car s’y sont côtoyés les professeurs Ekwalanga Michel de l’Université de Lubumbashi dont le Protocole date de 2012 ; le Doyen de la Faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa le Professeur Kayembe ; le Docteur Kamanga du PNMLS ; le Professeur Léon Tshilolo de la Clinique Monkole, ci-devant Président du Comité Scientifique et le Professeur Benjamin Longo Mbenza de LOMO Médical, co-Président;le Professeur Pélagie Maholo ; Docteur Task Mundadi, Docteur Stéphane Kangudia, le Professeur Ahuka, le professeur Kilanga-Langa, Docteur Evelyne, Docteur Mbedi, le Général-Major et Pharmacien Constantin Bashengezi qui 15 ans durant a dirigé l’Ecole de Santé Militaire de la RDC. Liste non exhaustive.

Aux invités absents : les plus hautes autorités gouvernementales et académiques. Notamment le Ministre de la Santé Docteur Eteni Longondo, Dr Jean-Jacques Muyembe du Secrétariat Exécutif de la Riposte à la Covid-19, les hauts représentants du Ministère de la Recherche Scientifique ainsi que le clinicien et chercheur Docteur Jérôme Munyangi.

Voilà qui a fait dire aux participants que malgré la très faible implication des officiels, il est temps que les chercheurs congolais de tous bords optent, dans un élan d’auto prise en charge, de poursuivre leur vocation mieux, leur apostolat, avec ou sans l’appui des pouvoirs publics.
Au demeurant, tous les praticiens présents dans la Salle des Conférences de l’Institut National Pilote d’Enseignement des Sciences de Santé (INPESS) ont été unanimes pour déplorer également la tendance de nos gouvernants à privilégier, dans la recherche des traitements idoines, les solutions qui viennent d’ailleurs (Protocoles de Didier Raoult et autres…), au mépris des produits et traitements des chercheurs congolais. Cas du Professeur Michel Ekwalanga venu dans la capitale voici quatre mois dont le Protocole reste confiné dans les oubliettes ou du Médicament antiviral à large spectre dénommé Doubase C au terme de trente-trois années des recherches des Laboratoires CREPPAT LABORATORIES Sarl, le Centre de Recherche en Phytothérapie, Pharmacopée Africaine et Technologie Pharmaceutique: à la fois Anti-VIH, Antirétroviral, Anti-hépatites virales, Anti-influenza virus, et testé Anti-Covid-19 à base de mélange d’extraits végétaux de Uvaria brevistipitata De Wild et de Harungana sp. Et qui confirme l’adage millénaire selon le Pharmacien Benjamin Kabwe du CREPPAT que l’on n’est jamais prophète chez soi